C.D.D.R.B. (Collectif de Défenses des Droits des Riverains en Bergeracois)

compteur html
NOUVELLES




Le 15 avril 2019:

Construire dans la désapprobation totale ce lieu de culte a engendré des réactions violentes
et le 24 mars 2019, les murs de l’édifice (intérieur et extérieur) ont été peints avec du sang
de cochon. Le vendredi suivant le Président de l’Association Cultuelle des Marocains de la
Dordogne déclarait dans le journal Le Démocrate du 28 mars 2019, qu’il y avait déjà eu
quelques semaines auparavant des dégradations sur les fournitures et concluait par cette
phrase : « Aujourd’hui c’est du sang de cochon mais demain ce sera du sang humain ».

Voilà le fruit de l’incompétence et de l’obstination d’un maire borné alors qu’au contraire
son rôle consiste à assurer et garantir la sécurité et la sérénité de ses administrés.

Nous avons donc informé le Préfet, le Procureur de la République et le Ministre de l’intérieur
du danger de maintenir ce projet et signalé l’utilisation abusive des fonds Publics engagés
par Daniel Garrigue pour valider ce projet.






Le 11 mars 2019 :

Le 23 janvier 2019 alors que deux procédures sont en cours, la Mairie signe le début des
travaux sur un terrain qui fait l’objet de deux procédures judiciaires et qui appartient en partie à la communauté !

La Mairie accélère la construction de la Mosquée de peur que suite aux inondations du
Tounet, le rapport du PLUi (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) rende cette zone inconstructible, prenant ainsi le risque d’occasionner des dégâts matériels et corporels aux riverains

C’est donc pour se prémunir des inondations que l’association culturelle des marocains de la Dordogne surélève les fondations de 50 cm de hauteur. En agissant ainsi elle démontre le
peu de sens civique qu’elle porte à la population avoisinante car cette construction va artificialiser plusieurs milliers de mètres carrés augmentant fortement les risques de ruissellement.

Le 6 février 2019, notre association engage un référé auprès du Tribunal Administratif de Bordeaux pour interdire la poursuite des travaux.

Le 27 février 2019 contre toute attente et sans motiver sa décision le Tribunal rejette notre requête !

Nous avons pris la décision de saisir le Conseil d’état qui peut décider de stopper cette
construction ce qui signifiera que tous les travaux et investissements réalisés aujourd’hui
pourront être perdus. Nous avons récemment eu l’exemple dans le cas du procès
concernant le détournement de Beynac.






Le 12 janvier 2019 :

Tous nos vœux pour cette nouvelle année 2019.
Le 28 décembre 2018 votre association a fait opposition au nouveau permis de construire déposé par l’Association Culturelle des Marocains de la Dordogne.

C’est donc devant le Tribunal Administratif de Bordeaux que l’avocat de la partie adverse devra défendre son projet.

Nous nous opposerons à la création d’un nouveau quartier communautaire et à l’arrivée massive de Musulmans à Bergerac. Rappelons les propos d’un franco-marocain qui répondait à la crainte d’un riverain concernant les difficultés liées à la vente de son terrain: « laissez faire la Mosquée tous les marocains viendront s’installer ici ! ».

Nous nous opposerons à la prise en charge de cette construction par la collectivité pour la partie dite « culturelle ». Les frais de géomètre et les frais d’avocat étant déjà couverts par la Mairie.

Enfin lors d’une réunion de quartier Daniel Garrigue avait été interpellé par le Président de l’ADN pour savoir s’il n’y avait pas une corrélation entre sa position radicale à vouloir imposer la Mosquée et la position qu’il avait prise en 2010 à l’Assemblée National ayant été le seul sur 135 députés à s’être positionné pour le port du voile intégral sur le territoire français (Burqa).

Devant tant de suffisance et d’incohérence, il est important que nous puissions opposer un contre-pouvoir. C’est grâce à votre soutien que nous pourrons nous opposer à ces démarches dangereuses pour la communauté.

Adhérez à notre association et invitez vos proches et vos relations à nous rejoindre et à ne pas rester passif devant l’ampleur de ce projet.






Le 27 novembre 2018 : :

Les réunions de quartiers ont eu lieu animés par Jonathan Priolo et Daniel Garrigue.
Nous avons évoqué le danger que représente l’implantation d’une grande Mosquée à Bergerac et les conséquences inéluctables sur la transformation de la ville.

Les élus nous ont opposé :

Le terrain du Tounet n’est pas inondable : Comment peut-on affirmer cela alors que le PLUI s’interroge et qu’une enquête publique réalisée par le SCOT doit définir les zones non constructibles afin de protéger la population.

Le vivre ensemble : Comment peut-on installer une Mosquée dans une zone résidentielle conscient que cela va créer un désordre public et parler du vivre ensemble !

Il y a une Mosquée à Bergerac Nord et tout ce passe très bien : A la dernière réunion de ce quartier il a été souligné de nombreuses agressions. La présidente de l’association de quartier a été elle- même agressée et une mère de famille a interpellé Daniel Garrigue en lui signalant qu’elle se trouvait aujourd’hui dans une zone de non droit !

Il y a nécessité de construire une grande Mosquée car il y a 10% de musulmans à Bergerac :
Il y a certainement plus de 10% de musulmans, comme il y a 60% de catholiques à Bergerac.
On ne construit pour autant pas de cathédrale. On se réfère au nombre de pratiquant.
Hors selon le journal Sud-Ouest, 147 pratiquants sont inscrit à la Salle de prière de la Madeleine et environ 50% se rendent à cette la salle en même temps. Ce qui signifie que pour 74 participants on va construire une Mosquée pouvant accueillir 742 personnes !!!!

Les catholiques ont des salles de catéchismes, les musulmans ont droit à un
enseignement coranique : Aberrants ! Comment peut-on comparer ces deux enseignements.
Ceci démontre bien que nos élus font abstraction des conséquences liés à l’islamisation de la population.

En aucun cas la construction de la Mosquée ne dépréciera la valeur foncière des immeubles :
Devant la réaction des participants Daniel Garrigue a ajouté : A supposer qu’elle baisse elle remontera après ! Ce qui ne semble pas être le cas pour des villes comme Sainte Foy la Grande ou Castillon !

Depuis bientôt 4 ans nous nous opposons à la construction de cette Mosquée. Pour rappel :

Le terrain appartient toujours à la collectivité, le projet de construction
de la nouvelle Mosquée de Bergerac devrait s’implanter sur un terrain de 7276 m² et s’étendre sur une surface goudronnée et bâtie d’environ 4800 m² comprenant un enseignement coranique (4 classes) le tout pouvant accueillir 742 personnes.

Un nouveau permis de construire vient d’être signé et nous allons de nouveau saisir le Tribunal Administratif de Bordeaux.
Adhérez et faites adhérer vos relations à notre association. C’est ensemble que nous réussirons à contenir les débordements de nos élus.



Le 6 mai 2018 : Jusqu’où peut conduire la bêtise humaine ?

Nous avions rappelé l’absurdité de vouloir implanter un lieu de culte dans une zone résidentielle.

Souligné les risques de dangers corporels liés à une infrastructure inadaptée.

Mise en garde sur la disproportion de la construction et la création d’un enseignement coranique.

Evoqué une photographie du futur et les dangers liés à vouloir modifier l’équilibre existant entre le différentes communautés.

Ainsi, vouloir imposer la construction dans Bergerac de la plus grande Mosquée du Périgord va
occasionner le déplacement de nombreux musulmans en provenance des départements limitrophes,
faciliter la venue de migrants et conforter les derniers jumelages entre Bergerac et les villes de
Kenitra (Maroc) et d’Halhul (Palestine).

Pourtant, notre Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb avait été clair. Lors de son déplacement à Calais il s’était exprimé sur la nécessité de ne pas créer de zone de rassemblement qui pourrait provoquer « un appel d’air » propre à engager des échauffourées

Après avoir retiré le permis sans pour autant s’acquitter de la pénalité imposé par le Tribunal Administratif de Bordeaux à la Mairie de Bergerac, Daniel Garrigue persiste en augmentant la surface du site démontrant ainsi son acharnement à soutenir ce projet démesuré, contraire aux intérêts de sa ville et de ses administrés.

Quelles raisons poussent Daniel Garrigue à un tel acharnement ? Force est de constater la position marginale de cet individu. Saviez-vous que lors de la séance du 13 juillet 2010 de l’Assemblée Nationale, celle-ci avait mis aux votes un texte interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public (Scrutin 595).

Sur 339 députés ayant voté pour interdire le port de la Burka, le seul député à voter contre était Daniel Garrigue !

Cette même personne qui veut nous imposer la construction de la plus grande Mosquée du Département !

Cette même personne qui brade des terrains appartenant à la collectivité alors que la ville de Bergerac est endettée de près de 34 millions d’euros l

Il ferait mieux de s’occuper de ses administrés d’autant que Bergerac est notée comme étant une des villes les plus pauvres d’Aquitaine !

Comment pouvons-nous aujourd’hui apporter la moindre crédibilité à ce personnage qui d’ailleurs nous a déjà trompé lors des élections municipales en changeant une fois élu, de parti politique !

Ne restez pas passif et aidez-nous à nous opposer à ce projet fortement controversé.

En nous adressant votre adhésion et une participation au minimum égale à 1 euros vous démontrerez votre volonté de ne pas accepter l’islamisation de votre ville et de la communauté d’agglomération.




Le 11 janvier 2018 : L’Association du Collectif de Défense des Droits des Riverains de la Dordogne vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2018 : Santé, Travail, Amour et Sérénité… ce qui pourra se concevoir si notre Maire retrouve enfin la raison et respecte ses administrés.



Le 22 décembre 2017 : La Mairie de Bergerac condamnée par le Tribunal Administratif de Bordeaux à nous verser 1 000 € .

Nous nous étions déjà insurgés sur le prix de vente prévisionnel que la Mairie avait arrêté en
juin 2015 pour le terrain du Tounet ce dernier ayant été défini avant même la modification
du plan local d’urbanisme et proposé à un prix inférieur de plus de 20 % du prix défini par le
domaine.

A noter qu’elle a pris à sa charge les frais de géomètre, les frais d’huissier et qu’elle s’est
s’engagée à assumer les frais notariés si le terrain devait-être vendu !

Aujourd’hui les propos de Monsieur Garrigue sont sans controverse et démontrent son parti
pris pour défendre et financer avec notre argent ce projet fortement controversé.

Ainsi force et de constater que nous ne nous opposons pas au permis de construire de
l’association mais bien au projet conduit par la Mairie qui prend à sa charge tous les frais
inhérent à cette implantation.

Bien que ce soit le Président de l’Association Culturelle des Marocains de la Dordogne qui ait
demandé le retrait du permis de construire, le Tribunal Administratif de Bordeaux a
condamné la Mairie et non l’ACMD ?

Qui a payé les frais d’avocat de l’ACMD ?

Il semblerait une fois de plus que l’argent du contribuable serve les desseins de cette
association.

Il est donc évident que la construction projetée visant à accueillir 740 personnes en même
temps et qui peut contenir 548 personnes dans une même salle, va générer un fort pouvoir
d’attraction.


Ainsi la construction de ce lieu de culte, (sous le couvert de permettre la fermeture d’une
salle de prière insalubre de 70 m² qui concernerait 150 fidèles selon l’article du Démocrate
du 2 juillet 2015), par ses dimensions et sa capacité d’accueil, a pour objectif d’attirer,
outre les personnes du quartier, les personnes des communes aux alentours, les personnes des départements limitrophes et de conforter les récents jumelages entre Bergerac et les villes
de Kenitra (Maroc) et Halhul (Palestine).

Si un nouveau permis était déposé, nous nous en référerons de nouveau au Tribunal
Administratif de Bordeaux et ultérieurement nous impliquerons directement Monsieur
Daniel Garrigue sur ce que nous estimons être un excès de pouvoir et nous remettrons
en question la légalité des actes engagés depuis le début de cette affaire.

Pour se faire nous avons besoin de tous vos soutiens
Cliquez sur adhesion pour nous rejoindre et passez de joyeuse fêtes, nous restons vigilants.


Le 20 septembre 2017 : Retrait du permis de construire
Suite à l’assignation engagée par notre association contre le permis de construire de l’ACMD
(Association Culturelle des Marocains de la Dordogne), le Tribunal Administratif de
Bordeaux avait fixé la clôture de l’instruction à la date tristement évocatrice du 11 septembre
de cette année.
Aucun avocat de la partie adverse ne s’est manifesté avant cette date et quelques jours plus
tard nous étions informés par un courrier de la Mairie, prétextant que des questions de droits
devaient être examinées, que le 1er septembre 2017, le Président de l’ACMD Monsieur
Akmoum Brahim avait demandé le retrait du permis.
En début de semaine, un avocat de Bordeaux mandaté par la Mairie a transmis un mémoire
rédigé par un avocat de la cour de Paris pour demander à nos conseils de se désister du
dossier.
Bel exemple d’intégrité et d’impartialité.
Quoiqu’il en soit, c’est une première victoire et une leçon pour Daniel Garrigue qui se
glorifiait de nous imposer la construction de cet édifice cette année. C’est aussi une aberration
de constater que Monsieur le Maire avait communiqué il y a deux ans auprès des médias sur
l’insalubrité de la salle de prière de la Madeleine et l’urgence de pallier à cette situation et qui
paradoxalement engageait l’ACMD dans une démarche à long terme.
Le 4 juillet 2015 nous avions écrit à l’association pour les mettre en garde :
« Les freins qui vont s’opposer à cette volonté unilatérale d’implantation risquent de reporter la finalisation de votre projet sur plusieurs années.
Pour répondre au caractère d’urgence et trouver rapidement de nouveaux locaux, la logique devrait vous engager à rechercher un lieu plus approprié avec l’accord de toutes les parties… »

Nous leur avions également proposé notre concours. Il s’agissait effectivement à l’époque de déplacer une salle de prière de 70 m² et nous ne parlions pas de Mosquée avec dôme, restaurant, classes coraniques… !
La Mairie par ses actions perfides nous engage à rester vigilants et attentifs et nous avons besoin de constituer une force d’opposition contre leurs actions à venir.
Il est donc important d’adhérer et faire adhérer tous vos contacts à notre association.
A suivre….



Le 3 juillet 2017 Pas d’information sur notre procédure !

Comme de coutume à la veille du mois de juillet et des vacances juridiques nous n’espérons
pas avoir de nouvelles avant mi-septembre. Comme nous l’avions annoncé la procédure
engagée contre la construction de la mosquée prendra plusieurs mois, voire plusieurs
années.
La démarche de Daniel Garrigue prétextant il y a deux ans qu’il y avait urgence à reconstruire
une salle de prière, sous prétexte que la salle actuelle située à la Madeleine était insalubre,
nous parait aujourd’hui proche de la supercherie.
Par sa démarche bornée et despotique il a engagé l’Association Culturelle des Marocain de la
Dordogne dans une voie inextricable et coûteuse. Créant conjointement un climat malsain
avec les Bergeracois.
Il y a deux ans nous avions proposée d’aider cette association dans le choix d’un site mieux
adapté et qui aurait pu être opérationnel dès 2015. Il est vrai que pour répondre aux besoins
de la population locale il s’agissait à l’époque d’une salle de prière n’excédant pas 300 m².
On ne parlait pas à ce moment de surface de 1 000 m², de création de salles de classes
coraniques etc….
Le ministre Gérard Collomb, s’est récemment exprimé à Calais soulignant sa volonté de ne
pas recréer de centre pour éviter ce qu’il a appelé un «appel d’air». Vouloir construire un
édifice aux dimensions disproportionnées aurait la même finalité et déstabiliserait l’équilibre
existant entre les différentes communautés de notre ville.
A suivre….



Le 15 mars 2017
Le Président de l’ADN (parti politique ayant son siège à Bergeac) nous
informe avoir adressé un courrier à Daniel Garrigue concernant une particularité du permis
de construire de la Mosquée. Il souligne le fait que les plans de ce projet de mosquée laissent
apparaître l'absence d'une salle de prière pour les femmes !Effectivement dans le descriptif
technique de ce projet ne figure que la présence d'une salle de prière pour les hommes, quatre classes coraniques, un bureau pour l'Imam et une cuisine ! Alors que l’on vient de fêter la journée de la femme il est important de s’interroger sur les règles démocratiques et
républicaines de notre pays qui prônent l’égalité entre les hommes et les femmes et de la
manière dont Daniel Garrigue défend ces valeurs. Le Président de l’ADN ajoute à juste titre
dans sa conclusion qu’une impossibilité de se recueillir dans un lieu de prière leur étant
dévolu, remettrait en cause la nécessité d'un lieu de culte musulman sur notre ville,
démontrant au passage que les hommes musulmans de la ville de Bergerac pourraient prier
chez eux puisque cela serait la seule pratique proposée aux femmes musulmanes de Bergerac.
A suivre….

















www.000webhost.com